Entrainement

Aller Retour

Le Kilimanjaro Stage Run est une course d’endurance extrême de plusieurs jours. Il est nécessaire de se préparer physiquement et mentalement. Bien entrainés, vous sentirez les bienfaits de vos efforts préparatoires lors de votre course et profiterez au maximum de l’aventure.

Le terrain est accidenté et le parcours difficile. Nous accueillons des participants possédant une sérieuse expérience en courses de trail et d’endurance sur longues distances. Ils doivent connaitre la difficulté d’un entrainement intensif, être à l’écoute des besoins de leur corps en hydratation et nutrition afin de s’engager dans une telle course.

Les conseils et recommandations donnés sont spécifiques au Kilimanjaro Stage Run. Ils doivent être utilisés en complément de vos propres connaissances.

 

Le Kilimanjaro Stage Run, c’est 260 kms de course (et de marche) en 8 jours, 30 kms par jour, plusieurs jours d’affilée, entre 1400 m et 2100 m d’altitude. La rapidité n’est pas importante, le rythme et la récupération le sont. Seul 8 kms ont lieu sur une route bitumée, le reste se faisant sur des petits sentiers de montagne ou des chemins de terre. Il n’y a pas de sections sans dénivelé. Les pentes peuvent aller de douces à extrêmement pentues sur des sentiers accidentés, glissants, caillouteux ou même absents. Plus vous vous entrainerez sur ce type de terrains, plus vous serez prêts pour cette course. Exercez vous, le plus souvent possible, sur des chemins de trail en montagne. Préparez vous aussi à marcher, pratique que nous utilisons pendant le KSR, pour combattre la fatigue et aborder certaines difficultés du parcours. Différents types de climat vous attendent sur le parcours. Pour mieux les vivre, apprenez à vous adapter à des variations de températures.

Pour apprécier le KSR et atteindre le but, il n’est pas nécessaire de courir trop de kilomètres par semaine. De longues courses (plusieurs heures) régulières pendant plusieurs mois suffisent pour acquérir une base solide. Cet entrainement renforcera vos jambes et vous aidera à mettre en place votre propre stratégie d’hydratation et énergétique pour vous alimenter à bon escient chaque jour de course et récupérer l’énergie nécessaire pour le lendemain. Apprenez aussi à stresser votre corps, à aller au bout de ses limites pour ensuite lui donner fluides et nutriments indispensables à sa récupération. Vous n’allez pas pouvoir reproduire 8 jours consécutifs de course lors de votre entraînement, mais vous devez développer une capacité au stress, repos et récupération. Vous courrez à une allure raisonnable pour ne pas surmener votre corps et éviter ainsi qu’il ne vous lâche ou qu’il ne soit trop douloureux ou courbaturé.

Entrainez-vous avec le matériel et les boissons/snacks dont vous avez l’habitude et que vous utiliserez lors du KSR.

 

Exemple d’entrainement
Si vous avez déjà un programme d’entrainement préétabli qui fonctionne bien pour vous, gardez le, mais vous souhaiterez peut être l’ajuster pour préparer votre corps aux jours successifs de plus de 30 kms.

Envisagez ce calendrier lorsque vous êtes au sommet de votre préparation.
Lundi: repos ou 30 – 45 minutes faciles
Mardi: 60 – 90 minutes
Mercredi: 2 – 4 heures
Jeudi: 30 – 45 minutes faciles
Vendredi: 60 – 90 minutes
Samedi: 4 – 6 heures
Dimanche: 3 – 4 heures

Pour ceux qui préfèrent un programme basé sur la distance totale, envisagez ceci:
Atteindre 100 kms/semaine, 8 semaines avant le KSR.
Atteindre 140 kms/semaine, 4-6 semaines avant le KSR.
Diminuer 50-60 kms/semaine, 2-3 semaines avant le KSR.

Vous pouvez remplacer quelques portions de votre entrainement par du vélo, en sachant que 25 kms de vélo équivalent à 10 kms de course.

Courir dans un nouvel environnement culturel

Vous avez certainement développé une routine qui vous prépare mentalement pour vos courses et longues distances. Vous aurez besoin de reproduire cette routine pendant plusieurs jours afin d’être relaxer, de trouver votre rythme et d’apprécier le Kilimanjaro Stage Run.

En plus d’être un évènement sportif, le KSR est une immersion culturelle sur les pentes du Kilimandjaro. Vous traverserez des fermes, des villages Chaggas, Maasaïs et autres autochtones qui vivent autour de cette montagne.

Pour certains d’entre vous, ce sera peut-être une première expérience dans la partie rurale d’un pays en voie de développement. Pour ceux qui ont déjà voyagé à l’international, et particulièrement en Afrique, vous vous appuierez sur vos connaissances. Pour tous ce sera nouveau et excitant !

Vous allez explorer, chaque jour de course et de repos de nouveaux endroits, de nouveaux sons, de nouvelles odeurs, une nouvelle langue et des autochtones. Vos sens en seront stimulés générant peut être du stress et de la fatigue dûs à un trop plein d’émotions. Il est aussi possible de vivre un choc des cultures et de développer des attitudes pour s’adapter à ce nouvel environnement. Simon et les autres guides qui vous accompagnent seront là pour traduire, interpréter et servir d’intermédiaires.

Pour que cette aventure soit une réussite et reste une expérience inoubliable, nous vous encourageons à puiser dans vos propres ressources mentales et dans l’énergie reçue lors de la découverte de ce nouveau pays et de cette culture.